19 – Le Pérou, du Titicaca à Lima

19 - Le Pérou, du Titicaca à Lima

19 – Le Pérou, du Titicaca à Lima

 

Le Pérou est un grand pays (30 M d’habitants, 1,3 M km², plus de deux fois la France) s’étendant à cheval sur les Andes culminant à près de 7.000 m, s’étendant sur plus de 2.000 km du nord au sud, et 1.000 km d’est en ouest, de la forêt amazonienne jusqu’aux déserts longeant la côte de l’Océan Pacifique. Nous y sommes entrés par le sud-est, en suivant les rives du lac Titicaca (3.800 m), et avons parcouru d’abord tout l’Altiplano péruvien jusqu’à Cuzco (500.000 hab), l’ancienne capitale inca, dont son conquérant espagnol, Pizarro, rapportera à son roi Charles 1er, juste après la conquête de la ville en 1533 : , « C’est une ville si belle, qui possède de si élégants édifices qu’elle serait remarquable en Espagne même » ; cela ne l’empêcha pas de la piller et surtout de la détruire ; seul son plan en damier (hippodamien !) et ses fondations ont survécus. Le seul problème du lac Titicaca et de Cuzco, c’est l’altitude ; car, honnêtement, nous ne nous serons jamais vraiment habitués à séjourner si longtemps si haut ! Et pourtant, nous aurons passé un bon mois sur l’Altiplano, avec plusieurs pointes jusqu’à 5.000 m… les motos, elles, se sont montrées à peine un peu poussives, en tous cas beaucoup moins que nous, avec nos mâchouillements de feuilles de coca !

Nous avons pu malgré tout sillonner pendant huit jours la région de Cuzco à pied, en taxi, en car, en train ou à moto ; les paysages et les gens y sont très beaux et accueillants, et on comprend que les conquistadors s’y soient sentis chez eux. Il y a de nombreux musées où s’exposent les pièces récoltées sur les sites incas, et nous revenons pleins d’admiration pour cette civilisation. Elle ne connaissait certes ni la roue ni l’écriture, remplacées par les lamas et le « quipu » (voir album) ; elle a pourtant réussi à dominer intelligemment une multitude de peuples par un système de réciprocité très moderne : vous payez des impôts parce que l’Inca vous construit des routes, des terrasses, des systèmes d’irrigation, et vous indique aussi quand le Ciel veut que vous semiez et récoltiez. Le clou de notre visite chez les Incas fut la découverte, magique, de leur cité sacrée, le Machu Picchu, au lever du soleil, en compagnie, comme vous le verrez, d’un alpaga très photogénique.

En dehors des trésors d’architecture espagnole coloniale, c’était aussi l’occasion de découvrir que les Incas n’étaient jamais que la dernière en date des civilisations ‘précolombiennes’ (= datant d’avant Christophe Colomb), celle qu’avaient liquidée les conquistadors. Mais les Incas n’avaient « d’empire » que depuis moins de deux siècles ; autour d’eux, et avant eux, depuis plus de 4.000 ans, d’autres civilisations s’étaient épanouies sur les mêmes lieux ; nous avons évoqué celle du Tiwanaku en Bolivie ; nous avons découvert dans les musées péruviens d’extraordinaires pièces provenant des Salinar, des Chimù, des Chancay, ou des Mochica. Et nous avons découvert sur place les Nazca, qui ont prospéré entre l’an 1 et l’an 800, en y laissant notamment d’innombrables, gigantesques et mystérieuses « lignes » à la surface du désert côtier. Du lac Titicaca à Cuzco, puis en descendant vers la côte Pacifique, il nous a fallu franchir une demie douzaine de cols à plus de 4.000 m séparés par de profondes vallées nous faisant redescendre chaque fois à moins de 2.000 m : un régal pour des motards, sur des routes presque excellentes partout. Nous arrivions en plus à la fin de l’été et de la saison des pluies, et, contrairement à ce que je craignais, malgré l’altitude, nous n’avons pas eu du tout à souffrir du froid.

Nous sommes maintenant arrivés à Lima, la capitale fondée par Pizarro lui-même au XVIème siècle. Depuis Buenos Aires et Cordoba, en passant par Potosi, La Paz et Cuzco, nous avons parcouru l’intégralité de la route royale espagnole par laquelle tout le commerce et toute l’information ont circulé en exclusivité pendant plus de deux siècles. Les Vice Rois du Pérou résidaient à Lima, d’où partaient les galions vers l’isthme de Panama, puis Carthagène et Saint Domingue, où se rassemblait chaque année l’Invincible Armada pour sa traversée annuelle vers Séville. Nous avions l’intention de remonter encore un peu plus au nord, jusqu’en Equateur, mais avons décidé finalement qu’un rassemblement de 9 petits enfants (sur 11) à Montbives pour l’Ascension justifiait notre retour anticipé. Nous n’avons pas prévu de revenir en passant par l’isthme de Panama – que nous réservons pour un voyage ultérieur ! – et reviendrons tout bonnement en avion, après nous être assurés que nos motos nous rejoindraient un jour à Paris. Cela fait huit jours que nous travaillons la question et que nous perdons un peu patience dans cette grande ville sale de plus de 9 millions d’habitants. Nous espérons que notre prochain chapitre se terminera en vous annonçant où et quand nous reviendrons à motos du Havre, notre point de départ d’il y a six mois !

En attendant, découvrez sur l’album ci-joint le Pérou qui nous a séduits !

Cliquez d’abord sur la légende de la petite photo en tête de l’article. Puis sur ‘ICI’, et enfin sur ‘Diaporama’. Bonne lecture !

Ou bien cliquez sur : “Album Pérou du Titicaca à Lima

Leave a Reply

Your email address will not be published.