Bonus 6 Complainte de la Honda de Grèce à Lutèce

Bonus 6 - Complainte de la Honda de Grèce à Lutèce

Bonus 6 – Complainte de la Honda de Grèce à Lutèce

Ouh-là-là, hou-là-là, comme dirait Victoire,
J’arrive d’un retour marathon. Fallait voir :
Neuf pays en dix jours, ce n’est plus un voyage
Mais la course aux records sans voir le paysage !
Comme je vous l’ai dit, nous sommes entrés en Grèce
Il pleuvait à Philippes, c’était pas l’allégresse.
Les sites étaient fermés, les gardiens faisaient grève
Faire ça à Philippe ! Ça vous casse le rêve.
Du coup ils ont filé droit vers Thessalonique
Espérant cette fois qu’les trésors helléniques
Seraient enfin ouverts ; car il y a deux musées
Qui valent le détour voire laissent médusés.
Ils m’ont garée au bord d’un trottoir dégueulasse
Mais au bout de deux nuits quand j’ai quitté la place
Ils semblaient enchantés. Là ça a commencé :
Trois cent bornes par jour sans jamais se lasser
La Macédoine grecque et d’abord Vergina
Qui les a fait gloser et crier: “hosanna!
Le tombeau de Philippe est une pure merveille”
Puis l’autre Macédoine enneigée mais très belle
L’Albanie en vitesse où il n’y a rien à voir
Sauf un gars en vélo. Vous n’allez pas me croire
Il était Brésilien et arrivait d’Iran
Tout seul avec sa tente : c’est un gars qui a du cran.
Il n’a pas dû trop rire sur les routes albanaises
Qui sont comme arméniennes, c’est-à-dire mauvaises.
Vint le Monténégro, les bouches de Kotor
Un site impressionnant surtout qu’il pleuvait fort
Mais dès le lendemain sous un ciel bleu d’azur
C’était la Croatie et ses villes qui furent
Des citadelles fortes sous divers étendards
Dubrovnik ou bien Split et puis aussi Zadar
J’ai tout fait en trois jours : est-ce bien raisonnable
De bâcler ces beautés par un rythme effroyable ?
Perso, ça m’allait bien de filer vers le Nord
Sur des routes superbes qui sinuaient au bord
De la mer et ses îles, au soleil, sans trafic
En s’arrêtant sans cesse pour cause photographique.
Mes passagers étaient on ne peut plus ravis
De ce passage éclair dans l’ex-Yougoslavie.
Vint le moment (enfin) des derniers kilomètres
Près de deux mille quand même avec mes deux maîtres
Deux heures pour Zagreb, une heure pour Ljubljana
Les cols de Carinthie en courant à grands pas
Salzbourg juste en passant, ce n’est plus un voyage !
Munich sans s’arrêter, là c’est du sabotage.
D’accord toutes ces villes n’ont pas grand-chose à voir
Avec l’Ararat et toute son histoire
Mais quand même ils abusent. Qu’est-ce qui les presse tant ?
Je les ai entendus causer presque tout l’temps
Dire qu’après trois mois passés dans les hôtels
Ils n’avaient qu’une hâte retrouver leur cheptel.
Dans leurs têtes ils pensaient à leurs chères familles
A leurs femmes, à leurs fils, gendres, filles, belles-filles
A leurs petits-enfants, Paris, Saint-Savinien
L’Ardèche, le Dauphiné, et tous ces lieux si biens.
J’ai été enchantée de faire ce voyage
De montrer à chacun que malgré mon grand âge
Je pouvais avaler les routes les plus variées
Sans jamais trop me plaindre ni les laisser tomber.
J’ai pris goût aux voyages même en cette saison
Où je me suis gelée bien plus que de raison.
Alors sexygénaires ! Quand va-t-on faire un tour ?
Vous êtes presque vieux, n’attendez pas toujours !

Comme toujours il faut, pour zieuter les photos,
Cliquer ou sur Philippe ou bien sur le vélo

Complainte de la Honda: de la Grèce à Lutèce

Leave a Reply

Your email address will not be published.