7 – Retour par l’Italie

Comment dire notre état de ‘stupéfaction’ en arrivant en Sicile ? Cela faisait six semaines que nous avions fini par ‘entrer’ dans un voyage pas évident dès le départ : un peu éprouvant en Tunisie avec la traversée de la révolution, guère reposant en Libye avec tous ses kilomètres, tout à fait frustrant en Egypte, bloqués huit jours à une journée de route du tant attendu séjour alexandrin, notre marathon de retour en Europe avait achevé de nous épuiser tant physiquement que mentalement. Après récupération à Palerme, il restait à reconstruire un nouveau voyage toujours axé sur le tour de la Méditerranée. De Tripoli déjà, nous avions fait livrer par Amazon, chez une adorable tante Adèle, palermitaine de 92 ans, les cartes et guides manquant à notre collection pourtant déjà trop volumineuse, afin de rejoindre l’itinéraire prévu initialement : Sicile d’abord bien sûr, puis Calabre et Pouilles pour l’Italie du Sud, pour rejoindre la Grèce.
Mais ce n’est pas si facile de changer de programme ! L’aventure redevenait strictement européenne ; nous redevenions quelque part de simples touristes, les yeux et le cœur toujours braqués sur les développements des révolutions dans les trois pays arabes que nous venions de découvrir, avec un fort goût d’inachevé.
Bien sûr, nous pouvions toujours rêver au déclenchement d’évènements aussi palpitants en Italie ! Dès notre arrivée, la question des réfugiés des révolutions tunisienne et libyenne faisait d’ailleurs les manchettes des journaux : il nous a fallu plus d’une heure, sur le ferry de Tunis, et malgré notre passeport français, pour passer le contrôle de douaniers sourcilleux ! Le lendemain, sur la grande via Maqueda, quelques milliers de maghrébins manifestaient pour leurs frères algériens, tunisiens et marocains aux cris de « Allah Akbar ! », longeant les affiches qui appelaient M. Berlusconi à démissionner pour machisme excessif. Mais notre intérêt pour la Sicile se focalisait plutôt vers ses trésors arabo-normands !
La Sicile, c’est déjà et surtout l’Europe ! Même si on y mange avec ses doigts comme au Maghreb, que les rues y sont aussi sales et que l’essence y coûte quinze fois plus cher qu’en Libye, nous avons redécouvert des aspects déjà oubliés de notre civilisation : on n’y boit pas le coca à même la canette mais avec un gobelet plastique, les draps y sont généralement propres, la douche y est souvent chaude et avec de la pression, les toilettes sont équipées de papier hygiénique au lieu d’un robinet, les voitures s’arrêtent pour laisser passer les piétons, et les carillons remplacent les hauts parleurs lorsque c’est l’heure de la prière.
Après avoir parcouru la côte nord de la Sicile, et fait une escale à l’inévitable Taormina, les nouvelles de la Maman de Véronique sont devenues tout à fait alarmantes, nous décidant à renoncer à pousser plus loin vers l’Est, et à remonter par petites étapes vers la France.
Dès le passage du détroit de Messine et la Calabre, il devint évident que l’hiver était encore là : la neige couvrait tous les sommets, les stations services continuaient à vendre des chaînes, aucun bourgeon n’était apparu sur les arbres, et la température perdait encore plusieurs degrés. Pluie pour visiter Paestum et Herculanum, sommets couronnés de neige autour d’Assise, nous aurions dû mieux prévoir cet aspect de la question.
C’est sur l’autoroute entre Assise et Ravenne (200 km) que nous avons vécu notre plus mémorable journée de motards : il y a un petit col autour de 900 mètres, vers lequel l’autoroute se dirigeait en serpentant entre des collines de plus en plus enneigées ; il se mit d’abord à tomber un petit grésil glacé dans une forte bise du nord ; puis de la neige vint s’accumuler sous les glissières de sécurité, puis sur la voie de gauche, puis entre les roues de notre voie de droite. Je suis de plus en plus inquiet car Véronique m’a toujours averti, avec sagesse, que jamais, au grand jamais, elle ne pourrait rouler à moto sur la neige, et que là, malheureusement, elle en fait manifestement l’éprouvante expérience ! Mais que faire d’autre que de continuer ? Soulagé de passer les tunnels marquant le col en me disant qu’en redescendant, la neige qui tombait dru et collait sur nos visières et pare-brises allait rapidement se transformer en pluie… Mais pas du tout ; plus nous redescendions vers la plaine du Pô, plus la neige tombait dru ; les stations services où nous aurions pu penser aller chercher un refuge étaient recouvertes de 30cm de neige fraîche labourée par les semi remorques, et le plus praticable semblait encore l’autoroute, de plus en plus enneigée, mais qui nous rapprochait au moins de notre hôtel à Ravenne. A Cesena, 30 km avant l’arrivée, je m’arrête sur une bretelle enneigée pour expliquer la situation à Véronique ; elle finit par s’arrêter 10 mètres plus loin dans un paquet de neige … et d’imprécations mêlées de larmes, dont sort sa première question, logique : « quand est-ce qu’on redescend de ces montagnes ? » – « Mais nous sommes dans la plaine ! Ravenne est aussi sous 30 cm de neige ! ». Après un petit cigarillo mouillé, les bottes dans la neige, éclaboussés par les semi remorques qui continuent à débouler au ras de nos motos, nous reprenons courageusement nos guidons ; très vite, ‘heureusement’, une pluie diluvienne remplace la neige, nettoie nos pare-brises et inonde la route : les deux jours passés à Ravenne n’auront pas servi qu’à admirer les fresques !

Après une dernière étape italienne aux « Cinque Terre » (cf. photos), puis Menton hier, Marseille, Ruoms demain et Fontaines en Mercurey samedi, nous devrions arriver directement, et nous retrouver, pour ceux qui le peuvent, tout crottés de la pluie annoncée, pour un chocolat chaud

Au café « LA MER A BOIRE »,
1, rue des Envierges, 75020 PARIS
dimanche prochain 13 mars, à partir de 15 heures

 

3 thoughts on “7 – Retour par l’Italie”

  1. Merci de nous avoir fait partager ces moments, ces lieux magnifiques et ces rencontres.
    A bientôt.
    Quitterie

  2. Je pense à vous, vous devez être au Café de la Mer à Boire à Pairs à cette heure ci. Je suis sûre que les copains ne sont pas là pour vous consoler mais plutôt pour célébrer les héros qui ont bravés les trois révolutions historiques du début du 21ème siècle! J’aime bien cette phrase: “Si vous voulez faire rire Dieu, alors faites des plans!” … (:

Leave a Reply

Your email address will not be published.