9 – Aux portes du Sud

9 - Aux portes du Sud

9 – Aux portes du Sud

« Aux portes du Sud »…. Cà, c’est bien Philippe, çà fait littéraire, « aux portes du Sud ». Moi, je voulais mettre, « Quand est-ce qu’on arrive ? ». Bientôt 3 mois en effet qu’on est partis, et on n’arrête pas de s’éloigner de la Méditerranée, de la France, du retour. Je pensais pourtant qu’après avoir fait son pèlerinage à Fquih, il aurait commencé à avoir envie de rentrer ; surtout qu’il n’a plus grand monde avec qui partager ces souvenirs ! Mais pas du tout. C’est d’abord « on ne peut pas ne pas aller voir le lac de Bin el Ouidane » ; ensuite « ah non, on ne va pas passer par la grande route pour aller à Marrakech alors qu’il y a juste à côté des routes de montagnes et qu’on a le temps d’y aller », puis « Agadir, tu te rends compte, les Guillet – on les connaît à peine – y sont expatriés et nous y invitent ! » et enfin « la route directe est très dangereuse, et Essaouira, Tristan nous a dit que c’était la ville qu’il préférait au Maroc » : bilan, un crochet de 250 km, et … toujours plus au sud ! Alors qu’on aurait pu attendre tranquillement Charlotte et Catherine à Marrakech fin février. Point.

Et puis il y a eu ces routes autour d’Azilal, sur le versant nord du M’goun ; on s’est tous pris pour de grands motards ! Plein d’arrêts photos ; le passage par le barrage de Bin el Ouidane et les cascades d’Ouzoud ; les amandiers en fleurs (il paraît que cela n’arrive que pendant 15 jours par an), la neige à partir de 2.500 m, les couleurs rouge, ocre vert, blanc, le grand ciel bleu, le gros soleil, l’air léger, et surtout l’espace. Plus la moto. Pas mal. Regardez les photos et leurs commentaires !

Marrakech, par contre, quatre jours, une « porte du Sud » avec les premières palmeraies. Il a beaucoup plu ; la médina était boueuse ; c’était pas franchement comme sur les catalogues ; première fois qu’on voyait autant de Français, et surtout des Bidochon ; ou des nouveaux riches venus de toute la terre ; l’impression d’être vu comme un portefeuille naïf  toujours se battre, c’est très fatigant ! Philippe est allé jouer au vieux Marrakchi lire « le Monde » à la terrasse des « Négociants » (grand café de Gueliz) devant thé à la menthe et gâteaux mielleux pendant que je comatais devant mon téléphone qui ne marche pas, loin de Maman et de mes filles.

Heureusement, 200km plus loin, il y a eu Essaouira, au bord de l’Atlantique (Philippe dit que c’est encore la Méditerranée parce que les Phéniciens sont venus jusqu’ici ramasser des coquillages pour fabriquer leur « pourpre »). On devait y rester 1 jour ; on y resté 3 jours, tellement l’hôtel était sympa, avec sa terrasse sur le toit, et, pour la première fois qu’on est au Maroc, des propriétaires français. En plus, c’est très photogénique, Essaouira ! Le moral est nettement remonté !

Et puis on est arrivé à Agadir, par une route facile. Grande ville sans grand intérêt sauf son climat … et la gentillesse des Guillet, rencontrés une fois il y a deux ans à la table d’un mariage, depuis 30 ans ici. Quel plaisir de se retrouver dans une vraie maison d’expatriés ! Chez des gens qui savent ce que voyager veut dire. On continue à y recharger nos batteries au bord de la piscine (eau à 18°, mais gros soleil) avant d’envisager des routes vers l’Est, le désert. On va voir ce que Philippe me prépare !

11 thoughts on “9 – Aux portes du Sud”

  1. Bonjour les motards , voila nous sommes rentrés en France après nos qques jours a Essaouira et une dernière nuit à Marrakech ( sans comparaison possible avec le charmant port de pêche ) . En qques mots échangés vous nous avez montré que 60 ans c’ est un début et non une fin . Alors bonne route et bon vent .Ne soyez pas pressé de rentrer .

    Signé : les 2 stressés d’ Essaouira qui partageaient votre hotel.

  2. Heureux de savoir que vous vivez des moments magnifiques. A Bruxelles, comme à peu près partout en France, on patauge dans la neige fondue et les trottoirs sont verglacés. Deux mois que ça dure. Au fait, j’ai tiré hier les photos d’une belle journée passée à St Chély d’Apcher, il y a presque deux ans et demi. Après “vieux motard que j’aimais” (j’ai des lettres), “mieux vaut tard que jamais”. Je vous mets les photos de côté pour nos prochaines retrouvailles.
    Affectueusement,
    Claude et Jean-Paul

  3. merci de nous faire partager des endroits magnifiques que j’ ai dècouvert il ya 5 ans environ, surtout Essaouaira, assez magique, c’est vrai. Apres ” la vie parisienne,” la vie charentaise , plus douce mais plus austère aussi parfois surtout à l’ atelier ou il fait pas toujours tres chaud!nous vous embrassons,
    Renaud et chantal

  4. Admiratifs, nous sommes, devant tout ce que vous entreprenez; profitez de votre jeunesse d’esprit curieux et voyageur et revenez-nous en pleine forme et riche de vos nouvelles expériences.
    Nous vous embrassons.
    Brigitte et Bernard

  5. Heureux de vous lire et de découvrir avec vous la magie du désert, l’enchantement des petits enfants qui écrivent comme des chefs, le bonheur de vous suivre et de rêver grâce à vous.
    Donnez nous du soleil et de la chaleur que nous puissions anticiper l’été.
    La vie parisienne au milieu de tout cela parait bien monotone, mais reste pour en finir pleine de charmes et de défis professionnels.
    Nous vous attendons pour de nouvelles aventures et vous embrassons tous les deux beaucoup.
    Côme et Marie Odile

  6. eh! les motards
    c’est beau d’ête djeune et de croquer la vie à pleines dents, profitez en bien.
    Nous aussi ici on se défend pas mal, m^me si c’est parfois moins planant.
    je viens de passer un super week end, je suis allé jouer mon spectacle sur Damien en Touraine à Tours et Amboise puis hier dimanche à St Médard chez le père Emmanuel, dimanche prochain je joue sur l’ile Grande près de Perros et mardi je jouerai à Bruxelles… y’a pas que vous qui faites de beaux voyages….heim!
    aujhourd’hui le ciel est bleu, la mer surement verte et la fenêtre est encore fermée quelques jours avant l’arrivée du printemps.
    Bises à vous deux
    pierre

  7. Les amis,
    merci à Philippe d’avoir eu la gentillesse de m’envoyer la photo de sa C.I. , ainsi tout va pour le mieux avec la banque….
    moi aussi je voyage, je reviens d’avoir joué ce we en Bretagne, j’en ai profité pour planter oignons et échalotte, sans oublier les petits pois…. à présent je pars jouer à Bruxelles mon nouveau spectacle sur Damien de Veuster et chercher la bas des contrats….
    Bon vent à vous et à bientôt, à bientard
    pierre

  8. Les amis,
    merci à Philippe d’avoir eu la gentillesse de m’envoyer la photo de sa C.I. , ainsi tout va pour le mieux avec la banque….
    moi aussi je voyage, je reviens d’avoir joué ce we en Bretagne, j’en ai profité pour planter oignons et échalotte, sans oublier les petits pois…. à présent je pars jouer à Bruxelles mon nouveau spectacle sur Damien de Veuster et chercher la bas des contrats….
    Bon vent à vous et à bientôt, à bientard
    pierre

  9. Avez vous la statue commemorative de notre rencontre (Gabrion et Anne) a la station de bus d’Essaouira? A ben non vous voyagez en moto, il faudra recommencer en bus pour encore plus d”aventures!

  10. J’aime beaucoup les photos de la Place Jemna El Fna. La on voit que papa retrouve le plaisir de la photographie. Et la aussi ca fait un bail… je pense que tout comme les croquis de Maman, les derniers cliches avec l”oeil de l”artiste doivent dater de l”Afrique. Ca fait plaisir de voir que vous retrouvez le bonheur de vivre des debuts de votre tendre jeunesse. Bisous a vous deux!

Leave a Reply

Your email address will not be published.