10 – Le Yellowstone et les Black Hills

10 - Yellowstone et les Black Hills

10 – Yellowstone et les Black Hills

Sur cette étape de 3.000 km sont situés le parc national du Yellowstone, le site de la bataille de Little Big Horn et les Black Hills. Nous aurons passé 4 jours dans le premier, et 2 jours dans les Black Hills : ce sont les deux seuls lieux touristiques sur cette distance, et également les deux seuls accidents de terrain au milieu des immenses plaines ! Mais c’est un peu compliqué de raconter l’histoire de cette région en roulant d’Ouest en Est, alors qu’elle s’est déroulée historiquement d’Est en Ouest :

Yellowstone est le tout premier « parc » du monde, créé dès 1872 pour préserver la région d’une « exploitation mercantile, et la vouer à la satisfaction du peuple ». Cela ne faisait que deux ans qu’une exploration systématique de la région du parc avait été menée, alors que depuis le début du XIXème siècle, des chasseurs, explorateurs et prospecteurs Européens revenaient régulièrement avec des récits peu crédibles de « feu et de soufre », « d’eaux bouillantes, bouillonnantes et jaillissantes, d’arbres pétrifiés », « de montagnes de glace et de pierres jaunes ». Elucubrations et foutaises d’affabulateurs ! Je ne vous en dis pas plus, tout est dans l’album ci-joint ! Epoustouflant !

Ensuite, c’est en 1874 que le général Custer, héros de la Guerre de Sécession (1861-65), mène une expédition « d’exploration » dans les Black Hills ‑ qui, par le Traité de Laramié de 1868, avaient été données « à perpétuité » aux Sioux Lakota ‑, laquelle expédition y découvre de l’or, et déclenche une « ruée » de prospecteurs. Afin d’éviter les conflits entre prospecteurs et Indiens, le gouvernement tente de racheter les Black Hills aux Indiens, qui refusent. Ils sont alors expulsés par Custer loin à l’Ouest des Black Hills. Deux ans plus tard, le 25 juin 1876… loin à l’Ouest des Black Hills… le même Custer tente de surprendre une coalition de Sioux et Cheyennes réunis avec leurs familles sur les bords de la rivière « Little Big Horn ». Mais il y a aussi des Arapahos, des Comanches, des Black Feet, des Crows… les Indiens sont beaucoup plus nombreux que prévus, et c’est le 7ème régiment de cavalerie de Custer qui se fait massacrer, son chef au milieu d’eux. Nous avons donc également fait un crochet par Little Big Horn, lieu de cette victoire historique d’une coalition de tribus indiennes contre l’armée américaine. C’était pour nous un moyen de tenter de comprendre à quoi pouvaient ressembler ces régions il y a 150 ans, avec leurs prairies à l’infini, parcourues par des dizaines de millions de bisons, dont vivaient les « Indiens des plaines », Cheyennes, Sioux, Arapahos, Comanches, Black Feet, Crows, Iowas, Omahas, Pawnees… avant que  les Européens, et notamment le célèbre « Buffalo Bill » exterminent les bisons de la plaine. Toutes ces tribus se faisaient la guerre entre elles, les Sioux ayant notamment chassés les Cheyennes de leurs territoires ancestraux dans les Black Hills. Mais, à partir des années 1860, les disputes entre les tribus laissent la place à une union pour lutter contre l’ennemi commun, le Blanc venu de l’Est, avec ses fusils, son crucifix et son « Destin manifeste » (« C’est notre destin manifeste de nous déployer sur le continent confié par la Providence pour le libre développement de notre grandissante multitude. » – John O’Sullivan 1845) . Les « guerres indiennes » se termineront en 1890 ‑ après le massacre de Wounded Knee perpétré par le 7ème de cavalerie ‑, par une reddition complète des tribus, depuis lors reléguées dans des « réserves » ; la seule grande victoire indienne de Little Big Horn a un goût amer.

Beaucoup plus récemment, les Black Hills sont redevenues célèbres parce que c’est là, sur le « Mont Rushmore », qu’ont été sculptées les têtes de quatre têtes de présidents américains. Ce qu’on sait moins, c’est qu’elles représentent des présidents qui ont notamment luttés contre les Indiens, et qu’elles ont été sculptées sur des lieux sacrés pour les Indiens. Sur place, il n’y a encore aucun « travail de mémoire », si ce n’est la tentative de sculpter la tête du chef Indien Crazy Horse sur une montagne voisine… Mais tout espoir n’est pas perdu… cela ne fait que dix ans maintenant que les Indiens « célèbrent » Little Big Horn aux côtés de l’armée américaine.

Toutes les photos de notre équipée de Yellowstone et des Black Hills sont sur :

https://picasaweb.google.com/113501550221338298900/10YellowstoneEtLesBlackHills?authuser=0&feat=directlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.