5 – Chengdu


J10 : Chengdu

Apparemment, mon laptop remarche ! J’en profite pour tenter de vous écrire quelques mots ! Alors voilà des nouvelles d’hier !

Arrivés la veille à ChengDu, immense ville de 14 millions d’habitants, après avoir vadrouillé dans les campagnes du Sud-Ouest, nous avions quelques tâches pressantes à accomplir comme 1/ aller récupérer les billets de train de la suite de notre voyage, après avoir fait patiemment (si, si ! heureusement, Marie est là pour tenir conversation avec Véro !) une longue queue.

Metro – retrait billets de train

Ensuite acheter des timbres pour vous écrire ; nous vous avons régulièrement écrit jusqu’à Yuanyang (les rizières inondées), mais on n’avait pas mis les bons timbres ; là, on espère que vous recevrez un jour nos cartes postales !

Achat timbres

Et puis, fastoche, une grande ville comme ça championne d’informatique, de changer l’écran de mon smartphone… Sauf qu’il s’agit d’un SONY, et que Sony, c’est japonais fabriqué au Japon, et que les Japon et la Chine sont en graves bisbilles depuis quelques années à propos d’ilôts en mer de Chine. Du coup, Sony a plié bagages, complètement : il nous a fallu deux heures de marche à pied et l’aide de jeunes chinois désintéressés pour qu’ils s’en convaiquent eux-mêmes !

Recherche SONY

Photo ci-dessus : ces deux jeunes ont accompagné Philippe et Marie pendant 1h30 dans quatre endroits différents. J’ai donc remisé mon Sony au fond de ma valise…

Pour la petite histoire, en revanche, Véronique s’est téléchargé sur son Iphone (Apple) un “VPN” qui lui permet d’avoir tout l’Internet comme si elle était en France. C’est impossible avec les smartphones Androïd (Google). Parce que Google a refusé d’installer les contrôles du gouvernement chinois dans ses moteurs de recherche. Ce qu’a accepté de faire Apple, qui est d’autant plus en train de gagner des parts de marché que le coréen (du Sud) Samsung pourrait bien souffrir des tensions avec la Corée du Nord…  Bref, on assiste là à des bras de fer entre grandes puissances non seulement politiques mais économiques !

Déjeuner

Cantine populaire pour nous reposer de nos marches !

Je rentre à l’hôtel avec Marie ; nous avons le sourire malgré l’échec de la réparation du Sony, tellement ces jeunes chinois nous ont séduits. Notre seul moyen de communication était leur traducteur automatique (Google !!! Translate). Mais il faut se dépêcher, car ce soir, c’est le concert de Camille, le prétexte de notre voyage ! Il nous faut 1 h pour y aller ? Nous partons avec 1h30 d’avance…

Mais patatras, la station de métro n’est pas la bonne. Une demi douzaine de personnes…

Recherche Salle de Concert

…nous aideront successivement à retrouver le chemin de la Salle de Concert au milieu de cette banlieue gigantesque, où nous arriverons avec une bonne demi heure de retard… Et ensuite, place à la magie de Saint Saens et Tchaïkovski.

Concert Camille Thomas dirigée par Darell Ang

Le chef d’orchestre Darell Ang (Singapour) et un de ses copains chinois (hautbois) Marlon nous emmènent ensuite tous les cinq manger un “hot pot” fameux ! Coucher à point d’heure…

Dîner d’après Concert

Demain, une voiture vient nous chercher à 9h30 pour aller voir les célèbres pandas !

Bonne soirée à tous ! Sans oublier le “Poème de route n°10” de Bernard !

Alors ce fût Chengdu, 15 million d’habitants
Une croissance folle de 10% par an,
Un métro magnifique et la circulation
Dantesque presqu’autant que la pollution.
Après une journée à travers les quartiers
Pour régler des problèmes bien souvent qu’à moitié.
Arriva vers 6 heures le moment attendu :
Partir bien habillés au Sud de Chengdu
Pour écouter Camille et l’orchestre d’ici
Dirigé par Darrell, notre nouvel ami.
Nous prîmes le métro comme il est conseillé
Mais mal, on s’est trompé de station d’arrivée
Et là il ne restait que 30 petites minutes
Pour retrouver la salle, alors là on dit « flûte ».
Nous sommes à Chengdu exprès pour ce concert
Qui va nous renseigner pour nous indiquer vers
Où diriger nos pas pour arriver à l’heure ?
En courant, en taxi, en ayant surtout peur
Nous sommes arrivés après que le concert
Ait juste démarré,  de rage nous étions verts.
Nous avons pu rentrer malgré ce bref retard
Parce que c’était nous la bande de franchouillards.
La salle magnifique était quasi remplie
Camille et l’orchestre avaient l’air tous petits
Elle a joué Saint-Saëns, Tchaïkovski.  Émoi,
Elle était magnifique dans une robe de Paule K
Le public est spécial, cette musique classique
Doit surprendre certains et pour d’autres, bernique.
Madame la Consul de France était présente
Elle s’est félicité : ‘ cette soirée m’enchante ’
Puis quittant une partie de l’orchestre symphonique
Nous sommes allés manger dans un resto typique. 
Cette soirée pour nous fût un moment magique
Malgré le stress vécu. Vive la musique classique.

J11 : Chengdu

Vous avez peut-être compris que les connections Internet, ici, c’est l’horreur quand on n’est pas Chinois avec Baidu, leur Google local. Sans smartphone, et avec un laptop dont la carte Wifi fait semblant de rendre l’âme, je m’étais décidé hier à VOUS laisser tomber pour profiter pleinement du voyage, me réservant de le mettre “tout simplement” sur notre blog au retour, mais voilà que ce soir, cela fait semblant de marcher, alors je vais essayer pour le moins de vous donner les dernières nouvelles !
Ce matin, les sponsors de Camille sont venus nous chercher avec une guide pour visiter la grande célébrité de ChengDu, la “nursery” de pandas. Les 2.200 pandas sauvages (ils n’étaient que 1.500 il y a 20 ans) ne vivent pas loin d’ici, et, pour éviter la disparition de l’espèce, depuis 20 ans, les Chinois ont établi cette nurserie de 300 pandas où, depuis un an, une dizaine de bébé pandas sont nés. La population mondiale de pandas (il n’y en a qu’en Chine) atteint les 2.500 individus. Vous verrez qu’ils sont très mignons, la plupart du temps blanc et noirs, mais on en trouve des rouges !

Et les Chinois en rafolent, il y a foule pour les admirer dans ce grand parc à 10 km de ChengDu.

Notre guide nous a ensuite emmenés visiter un nouveau “vieux quartier” de ChengDu, du genre “Village Suisse” à Paris (avec moultes scènes exotiques, comme ce laveur d’oreille installé en pleine rue),

Temple Wenshu

lequel est situé juste à côté d’un grand centre bouddhiste, le temple Wenshu, créé ici du temps des Tang (VIIème s.), et accueillant autant de fidèles/touristes que notre N. D. de Paris.

Temple Wenshu
Temple Wenshu
Temple Wenshu

Véronique espère avoir accompli les actes pieux nécessaires pour en finir avec sa bronchite !

On vous embrasse !

Poème de route n°11 :

Il arrive parfois qu’au cours d’un tel voyage
On soit récompensés d’avoir eu le courage
(N’ayons pas peur des mots) de saisir une chance
Qui fait dire à certains, vraiment, vive la France.
Et aussi la Belgique, car c’est notre Camille
Qui fit de nous des VIP au nom de sa famille.
Un chauffeur et une guide tous les deux excellents
Sont venus nous chercher pour nous faire passer l’temps
En allant tous les cinq visiter les pandas
Vivant dans un grand parc qui est leur habitat.
Une forêt d’ bambous  (chaque jour 20 kilos)
Des grands arbres où ils montent au milieu des enclos
Et une foule immense venue pour admirer
Ces peluches vivantes qui ont été sauvées
Par une protection contre certains humains
Pour les 2 200 derniers spécimens.
Après 200 photos, quelques films et j’en passe
Nous étions invités à un déjeuner classe
Dans un quartier tout neuf reconstruit à l’ancienne
Sorte de Village Suisse, décor et mise en scène
Qui jouxte un vrai beau temple où de nombreux bouddhistes
Viennent se promener, ou prier, gais ou tristes
La guide nous donna toutes explications
Sur cette philosophie qui n’est pas religion.
Je passe sur la fin de journée, car lessive,
Écriture et planning (préparer ce qui arrive)
N’est guère passionnant, mais tellement nécessaire
Nous devons voyager avant que vous distraire.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.