12 – De Marmaris au Yunanistan, les Sept villes de l’Apocalypse

12 - de Marmaris au Yunanistan

12 – de Marmaris au Yunanistan

 

D’abord mille excuses pour les mises à jour tardives du blog. Mais, comme d’habitude, nous passons à côté de tant de merveilles que nous ne résistons que rarement à la tentation des les visiter … au lieu de prendre le temps de savourer un thé au soleil en faisant connaissance avec nos voisins de table ; nous nous retrouvons alors chaque soir avec entre 100 et 200 photos à trier … chacun ; et le jour a beau se coucher tôt, ce qui nous réserve théoriquement de longues soirées, entre la préparation des itinéraires, visites et étapes du lendemain, et les emails et Skype avec les proches, cela laisse peu de temps pour rattraper son retard. D’habitude, on s’arrête une journée complète sans visite tous les 8/10 jours pour vous donner de nos nouvelles ; mais là, depuis nos vacances de fin d’année, nous fonçons (neuf pays en onze jours, en comptant les 20 minutes passées à traverser l’enclave de Neum qui est le seul port de Bosnie-Herzégovine !), et nous sommes complètement déréglés ! Enfin, sachez que nous devrions être dans trois jours à Paris. Et rassurez-vous, l’intérêt, la beauté et le soleil que nous vous rapportons dans nos images peuvent être dégustés tranquillement pendant les encore longues et nombreuses soirées de l’hiver qui est loin d’être fini !
En nous retrouvant donc le 3 janvier à Güllük au bord de la mer Egée, nous avons choisi de remonter vers le Nord en faisant « l’intérieur de la côte » ; pour visiter notamment deux grands sites que nous n’avions pas encore vus – Pamukkale et Sardes. Nous n’avions plus ensuite qu’à franchir les Dardanelles et passer en Grèce du Nord pour y découvrir la patrie de Philippe et d’Alexandre de Macédoine. Vous verrez dans l’album ci-joint les belles images que nous ramenons notamment des sites de Stratonicée et Aphrodisias. C’est alors seulement que nous avons découvert que nous étions en train de visiter successivement les Sept Villes de l’Apocalypse, c’est-à-dire les sept villes d’Asie auxquelles l’apôtre Jean – très âgé, dernier survivant des Douze, après avoir écrit son évangile et ses lettres, après sa retraite à Patmos et sans doute installé dans la ‘maison de la Vierge’ à Ephèse, – adresse un message dans un genre florissant à l’époque : l’Apocalypse, sorte de révélation utile ( ?) pour les derniers temps. En effet, après avoir visité Ephèse, Smyrne et Pergame, nous avons successivement croisé sur notre route les quatre autres villes, c’est-à-dire : Laodicée (à côté de Denizli), Philadelphie (au cœur d’Alasehir), Sardes (à côté de Salihli) et Thyatire (dans Akhisar). C’est d’ailleurs en suivant, dans Akhisar, les panneaux nous promettant une ‘basilique St Jean’ et en nous demandant s’il pouvait s’agir de ‘notre’ 7ème ville, Thyatire, puis, les panneaux disparus, en nous perdant que nous nous sommes résolus à demander notre chemin ; il faut dire que Akhisar, 100.000 habitants, n’est pas franchement une ville où l’on risque de croiser des touristes ou des gens parlant autre chose que le turc ; eh bien un ‘Effendi’, devant nos difficultés à communiquer, au lieu de, comme tant d’autres fois, nous envoyer promener n’importe où, est monté dans sa voiture pour nous amener jusqu’à bon port. Et le crochet valait le détour : photos dans l’album ci-joint !
Entre ces sites historiques ou archéologiques, nous avons parcouru une Turquie loin des sentiers battus de la côte : paysages de cultures, de vignes, et de plaines à grandes céréales avec irrigation sophistiquée ; mais aussi des villages où les gens vivent manifestement dans une grande pauvreté, presque comme dans l’extrême est du pays, du côté de Kars. Plus au nord en Bithynie, ce sont d’immenses forêts de chênes verts et de pins maritimes, et des dizaines de kilomètres sans voir un village, avec de gros aménagements pour prévenir les incendies de forêts.
Les autres points forts de ces derniers jours passés en Turquie auront été, à nouveau, l’étonnant spectacle du détroit des Dardanelles, ainsi que les pathétiques cimetières militaires des champs de bataille de 1915, lorsque les alliés Anglais et Français ont tenté à tout prix, mais en vain, de forcer le passage par la voie terrestre à la suite de leur échec à réussir par la voie maritime (cf. précédent blog 10).
Pour accéder à l’album, vous savez qu’il vous faut cliquer sur l’image ci-dessous. Bonne lecture !

12 – de Marmaris au Yunanistan

Leave a Reply

Your email address will not be published.