2 – de la condition du pèlerin

2 - de Paris à Chartres

2 – de Paris à Chartres

 

Pour découvrir “l’état de nomade”, il disait…
Eh beh nous y voilà.
Moins d’une semaine après le départ, les chiens qui aboient et m’interdisaient le passage sans l’aide de Philippe ne me font même plus sursauter
(il me suffit de dégainer mon bâton de marche téléscopique de 70 gr, et de continuer à marcher en l’ignorant, même s’il vient me renifler les mollets) ; les panneaux “brocante” ne me font même plus faire de détours, une marche de 25 kms avec ampoules n’est pas du domaine de l’irréalisable et j’apprends à imiter le cri du faisan.

Je découvre que la marche sur le côté des voies de chemin de fer est très rapide et confortable, qu’il est utile de beaucoup boire et de s’étirer les jambes toutes les heures. Mon sac ne dépasse pas 7kgs avec ma gourde pleine (celui de Philippe est autour de 9 avec son eau et mes pommes) et… ma coquille St Jacques (55 gr), authentiquement bénite à St Malo, puis baptisée au pinard chez les Darras (les Nouveaux Coursiers, vous connaissez ? Ce sont eux !) me sert de cataphote aussi bien que les bretelles phosphorescentes de mon sac pour la nuit.

On a franchi le périphérique, vu un métro sorti de terre, puis des stations de “RER”, les avions en final d’Orly devant nous (beau temps, dit Philippe), puis décoller dans notre dos (mauvais temps), puis des stations de “TER” au milieu des champs, avec de vrais chasseurs et, pas loin d’eux, au bord du chemin, des faisans refroidis, la tête fracassée, dans leur belle livrée de plumes. Philippe a jeté les quelques pages qu’il avait déchirées de mon plan de banlieue tout neuf (il aurait pu prendre celles du vieux plan), puis sa carte au 1/25.000ème pour franchir ce qu’il appelle “la clé” de l’itinéraire (entre l’abbaye de Limon, la maison de retraite de La Martinière, et Supelec), et se débrouille maintenant avec ses lambeaux de carte au 1/100.000ème ; il peste car elles sont souvent surchargées de symboles touristiques aux endroits stratégiques, comme aux Vaux de Cernay, et nous perdons alors du temps, quelques centaines de mètres, et surtout du courage : notre arrivée à Rambouillet après près de 5km de “banlieue” entre Vieille Eglise et l’hôtel St Charles ont été laborieuses, sous une lumière terne et une peste bruineuse.

C’est là qu’on a touché du doigt qu’un bon plat du jour, vers 13h30, au chaud dans un troquet, nous remettait en route pour une autre fois 15 km, alors qu’une tranche de jambon dans une baguette humide du matin avec une pomme …. nous faisait finir dans un restaurant fin et gourmand après la douche à l’hôtel ! Mais tout dépend de ce que l’on trouve sur la route, même si cette Beauce n’est pas encore très dépeuplée.
Aujourd’hui vendredi 21 novembre, jour de mon anniversaire, c’est R E P O S = grasse matinée jusqu’à 9h00 (l’hôtel est en travaux!); cela fait le 2ème jour que nous faisons MOINS de kilomètres que la veille : pourvu que cela dure ! Puis quelques heures de papotte et shopping avec ma soeur Anne qui travaille dans le coin et nous a consacré son après midi.

Pour la semaine qui vient, nous avons prévu d’arriver dimanche soir prochain à Tours, après Chateaudun, Vendôme et Chateau Renault, avec chaque jour “l’option” entre la N10 pendant le minimum de kilomètres (je ne vous fait pas de dessin, surtout s’il pleut), ou bien les sentiers boueux d’un GR qui serpente et ajoute des kilomètres : on verra bien comment on gère !

Merci à tous ceux qui nous ont écrit, sur le blog ou par email, et à qui nous ne pouvons pas répondre individuellement tout de suite : tous vos encouragements nous sont très utiles, car, si nos pieds semblent suivre, il faut une tête pour les animer !

Pour accéder à l’album de photos, cliquez soit sur la petite photo en tête de l’article, soit sur sa légende. D’autres conseils dans l’onglet “Accueil”.

11 thoughts on “2 – de la condition du pèlerin”

  1. Mon wend a commencé vendredi midi en vous retrouvant avec bonheur à la laverie de Chartres; préoccupation matérielle mais qui fait partie du voyage…
    détendus et viblement heureux de vos premiers exploits, vous aviez déjà mult anecdotes à raconter; c’était la journée de Véronique, philippe répondant à toutes ses propositions par : “comme tu veux; c’est ton anniversaire !”
    je vous souhaite de trouver beaucoup de “pot au feu à la joue de boeuf ” de la qualité de celui que nous avons dégusté ensemble (merci !) pour vous requinquer tout au long de votre pélerinage
    à bientôt de vous lire ; nous sommes avec vous

  2. Coucou les pélerins.Jusqu’à ce jour le mot”blog”était pour moi comme un gros mot !!!mais si je veux avoir de vos nouvelles il va bien falloir que je m’y mette….Pensée toute spéciale pour vous qui devez être comme nous sous la neige ,sauf que….vous devez avoir plus froid que nous!!!on vous envoie donc un peu de la chaleur que l’on a au fond du coeur en espérant que ça vous réchaufera les arpions!avec une pomme ,une tranche de jambon et un bout de baguette mouillée ,Véro tu vas vite retrouver la ligne de tes 20ans mais le pauvre Philippe ne va pas resister aux vents violents de l’automne.Un conseil:encordez vous!!!
    Allez bonne continuation et Gros bisous de nous deux
    Bab et André
    PS:Véro j’ai tranmis ton message à Amélie

  3. Comme Cornu je découvre le Blog. Avez vous pris un câble assez long ?? Je ne sais toujours pas comment ça fonctionne ce machin. Toujours est t il que tous les jours les copains pensent à vous. Tous comme des gros faux culs nous nous disons c’est pas possible pas encore une journée ? et ben si ! Ils tiennent bons ! Bravo vous faites l’admiration de tous. On commence de réfléchir à faire une tournante sur votre route. C’est même cornu tutu qui fait pas grand chose de ses journées qui doit l’organiser.
    Si ça vous arrange, j’ai de la famille à Lyon ??

    Bises à vous deux. et bravo pour la première photo des fesses.

  4. coucou
    cela me rappelle de bons souvenirs et des bonnes douleurs aussi
    sympa le blog
    bon courage à tous les deux et regardez derriere , le chemin parcouru , on se dit que c’est deja ça de fait .

  5. Vous etes admirables, plus fous que les anglais et c’est peu dire! Je pense a vous, souvent, a votre courage et determination…ou est-ce de la sagesse?
    je vous embrasse, bonne route et courage!
    Mireille

  6. Quelle heureuse lecture!
    Quel beau projet de couple!
    Quelles poignantes photos!
    Quel suspens 🙂
    Je vous embrasse.
    Maëlle

  7. Je viens de realiser qu’il y a non seulement une photo mais tout un album !… Tu vois, Philippe, tu as encore beaucoup a m’apprendre !… C’est super de pouvoir vous suivre ainsi ! allez, je vous envoie un peu du soleil de Jerusalem pour seche toute la boue !
    Vous etes incroyables !

  8. Ah les Perrin! Qu’est-ce-que vous me faites faire? Allez sur un …quoi? BLOG… je m’initie mais heureusement bien installée dans un confortable fauteuil au chaud à la maison.
    J’ai un peu honte de vous le faire remarquer d’autant que le temps est plutôt frisquet et pluvieux mais je dois avouer très humblement que je suis à la fois admirative et fière d’avoir des amis comme vous, aussi déterminés et courageux.
    Quelle belle aventure vous vous offrez!
    J’ai hâte d’avoir de fraîches nouvelles.
    Bernard se joint à moi pour vous embrasser.
    Brigitte

  9. Après avoir été arrosé comme ça ,vous allez vraiment être de belles plantes!!!dailleurs vos dernières photos sont très poétiques ,des fleurs parmi les fleurs…et un festival de ponchos jaunes et rouges.On voit que Noël approche vous avez revêtu les couleurs dev circonstance,il ne manque plus que les guirlandes,ce sera sans doute avec votre prochain message.Si vous etes encore du coté de Poitiers,Ségolène se fera surement un plaisir de vous offrir un petit quelquechose de chaud en vue de se faire bien voir pour 2012…
    Bonne continuation et n’oubliez pas qu’on pense bien fort à vous deux
    Gros poutous des Cornu Tutu

  10. Ces photos de la RN 10 sont impressionnantes, et dire que nous pestons sans cesse contre ces piétons inconscients!
    A ce jour, je dirais aux automobilistes et camionneurs: mais faites donc attention aux piétons
    Après la pluie, la neige!! et le froid!
    Je pense beaucoup à vous, et vous accompagne par la pensée aussi souvent que possible
    Énormes baisers qui se veulent réconfortants Odile et Marc

  11. tiens!pas de nouvelles ce WE???seriez vous enfouis sous la neige,tranformés en bonhommes de neige dans la cour de l’école maternelle deSaint Jean d’Angély ou bien au chaud chez des copains ou chez maman de Clédat et vous n’osez pas nous le dire????on a hate d’en savoir plus.ya bien un cyber au fin fond de la Charente….Allez haut les coeurs !!!
    on vous embrasse
    Bab et André

Leave a Reply

Your email address will not be published.