13 – Sur la Via Egnatia, de la Macédoine d’Alexandre à l’Albanie

13 - La via Egnatia, d'un bout à l'autre

13 – La via Egnatia, d’un bout à l’autre

Nous arrivons ! Nous arrivons ! Mais nous n’allons pas rentrer dare-dare par les autoroutes… le « Tour du Mont Ararat », c’est un peu loin de chez nous, certes, mais il y a tant de découvertes à faire entre là-bas et notre douce France. Et guère plus de deux semaines pour regagner nos foyers à partir des Dardanelles : quelle route prendre, alors que nous n’en connaissons encore aucune ? Paris s’enorgueillissant d’une paraît-il extraordinaire exposition sur Alexandre le Grand terminée avant notre retour, nous avons choisi de prendre la route de la Grèce du Nord, qui nous fait passer par l’ancien royaume de Macédoine. L’occasion d’aller voir sur place ce que l’exposition du Louvre n’aurait pas emporté.
La route est-ouest qui va d’Istanbul à l’Adriatique était autrefois une voie romaine qui reliait les deux capitales de l’Empire Romain. Elle tire son nom du proconsul de Macédoine, Egnatius, à qui le Sénat romain en avait confié la construction. Longue de 800 km, traversant Thrace et Macédoine, sa construction dura en fait plus de deux siècles, sa partie la plus difficile se trouvant dans la traversée des montagnes qui dominent la côte adriatique, entre Illyrie au nord, et Epire au sud. Nous allions suivre d’assez près son parcours.
L’unité historique et géographique de cette région date du royaume de Philippe II de Macédoine (382-336 BC), le père d’Alexandre le Grand, qui se tailla un domaine entre les cités grecques de la mer Egée au sud, et les barbares Illyriens et Thraces au nord et à l’est. Romaine après la défaite de Persée à Pydna (168 BC), la région restera byzantine jusqu’à sa conquête par les Ottomans au XVème siècle (alors dénommée ‘Roumélie’ – ‘pays des Roumis’), et ne deviendra ‘grecque’, ‘serbe’ et ‘albanaise’ qu’en 1913, à la suite des Guerres balkaniques ayant commencé le démembrement de l’empire ottoman avant même la première guerre mondiale.
Notre visite des fabuleux trésors mis à jour en 1977 dans la région était d’autant plus émouvante que nous revenions d’une partie des routes parcourues par Alexandre le Grand jusqu’à l’Indus, campagne au cours de laquelle il avait répandu ‘l’hellénisme’ de l’Anatolie et l’Egypte jusqu’aux fins fonds de l’Iran. Rappelez-vous les lignes des statues du Nemrut Dagi (blog 5), ou le temple de Garni (blog 7), sans parler des statuaires d’Aphrodisias (blogs 4 et 12).
En 1977 donc, les archéologues grecs mirent au jour, sous un anodin tumulus situé dans une petite ville agricole à 60km au sud-ouest de Thessalonique, des tombeaux inviolés dont l’un contenait tout simplement l’urne funéraire de Philippe II de Macédoine, accompagnée de tous les armes, mobiliers et accessoires nécessaires à sa vie dans l’au-delà. Le Musée de Vergina est installé à l’intérieur du tumulus lui-même, et l’émotion est intense. D’autres magnifiques pièces sont présentées dans les musées de Thessalonique et Pella ; nous espérons que vous vous régalerez des quelques photos que nous en rapportons !
Ces quelques jours en Grèce – passés sous une météo exceptionnelle – nous ont donné une idée de la profondeur de la crise économique et sociale que traverse le pays ; un mouvement de grève touchait les gardiens de musées (heureusement pas tous !) ; à Thessalonique (900.000 hab), une boutique sur trois est fermée, à vendre, ou bail à céder ; les gens quittent le travail à 16 h, et les musées ferment à 15 h… quel changement par rapport à l’activité de ruche printanière que nous avions vécu tout au long de nos six semaines en Turquie ! Les seuls qui semblent avoir gardé sourire et verbe haut sont d’une part les popes, dont les églises brillent de mille cierges, et d’autre part les nationalistes, notamment partis en guerre des mots contre leur voisin du nord qui, à peine sorti de l’Union Yougoslave, a prétendu se baptiser ‘Macédoine’ (mais ce ne sont pas des Grecs, ce sont des slaves !) et, pire, se doter du ‘soleil de Vergina’, le drapeau historique à 12 rayons du Royaume de Philippe II ! Si les ‘Macédoniens’ ont dû abandonner cet étendard après un blocus de 18 mois, il reste qu’encore aujourd’hui, de Bitola à Durrès… les traces archéologiques du Royaume macédonien abondent jusqu’à la mer Adriatique !
Sur les excellentes routes de Macédoine et d’Albanie, où le ciel était toujours aussi bleu au-dessus d’une épaisse couche de neige tombée jusqu’à basse altitude, nous avons notamment croisé Tomaz, jeune brésilien de 21 ans rentrant à vélo de Téhéran à Paris, d’où il était parti six mois et 10.000 km plus tôt… quelle santé, sous la tente en plein hiver, sur les routes enneigées ! La Macédoine (2 M. d’hab) semble faire cohabiter harmonieusement ses minarets ottomans avec les clochers orthodoxes bulgares ; Ohrid, sur les rives d’un immense lac enserré de montagnes, nous a séduits. L’Albanie (3,6 M. d’hab) était un peu plus difficile, en ce sens que l’économie y semble plus anarchique et la paysannerie très pauvre : on y a retrouvé un peu les nouveaux riches à la façon d’Arménie. Mais il est clair que faire connaissance avec un pays en 24 heures est tâche impossible ! Ci-joint cependant quelques photos commentées pour vous faire une idée !
Pour accéder à l’album de photos, vous savez qu’il vous faut cliquer sur l’image ci-dessous. Avant de vous souhaiter une bonne lecture, j’attire votre attention sur le fait que Google, éditeur de Picasa sur lequel le lien devrait vous faire aboutir, a tendance à vous envoyer sur ‘Google+’, où la lecture en diaporama est impossible. Si cela vous arrive, il vous faut alors repérer le message « “pour revenir à Picasa Album Web, cliques ICI”, et cliquer sur ICI, éventuellement à plusieurs reprises car il a la comprennette lente ! Bonne lecture ! Et à bientôt à Paris !

13 – La via Egnatia, d’un bout à l’autre

One thought on “13 – Sur la Via Egnatia, de la Macédoine d’Alexandre à l’Albanie”

  1. Dommage que le très beau corsage de Philippe II soit sans aucun doute fait de tout l’or et l’argent massif volé au fil de ses avancées barbares de conquérant! Les photos enneigées me donnent un apercu de mon pays vers lequel je reviens demain…. le Canada au mois de janvier!
    Merci pour une super semaine en votre compagnie, pour célébrer votre retour et l’anniversaire de mam! Bises,
    Gaia

Leave a Reply

Your email address will not be published.