11 – Dix jours à Rhodes

11 - Rhodes

11 – Rhodes

Nous nous retrouvons donc, Véronique, Catherine et moi-même, le soir du 22 décembre, après avoir fait le tour de la mer Egée en avion (cf légende dernière photo de l’album 10, ou 2ème de l’album ci-dessous), dans les étroites ruelles moyenâgeuses de la vieille ville de Rhodes transformées en torrents par une pluie battante, à essayer de trouver quelque restaurant ouvert … nous avions pourtant lu que les Grecs sortent dîner vers 21 h, mais là, tout le monde paraissait couché ? Vivent les vacances ! Le lendemain matin, le soleil semble revenu pour durer, et je pars à la recherche d’une boulangerie ; je rentre 1h30 plus tard, … les mains vides, après avoir traversé la vieille ville et fait le tour des fantastiques remparts ; il n’y a guère plus de monde dans les rues en ce matin lumineux que hier soir sous le déluge !? Nous sommes samedi 24 décembre, et tout semble fermé, au moins dans la vieille ville. Nous découvrirons dans les heures qui suivent que tout à Rhodes est fermé jusqu’au 27. Et, dans les jours suivants que, pendant toutes les fêtes de fin d’année, d’avant Noël jusqu’à après l’Epiphanie, on n’y trouve que quelques dizaines de touristes mal informés comme nous : la restauration, les boutiques, les hébergements et les musées sont fermés. Rhodes est une fantastique ville-musée qui nourrit les Rhodiens, mais ceux-ci prennent des vacances chaque année à ce moment, qui est notamment celui de la cueillette des olives. Alors quelque part, une fois la question de l’intendance réglée en allant nous approvisionner dans la ville neuve à l’extérieur des remparts, c’est extraordinaire : nous avons vraiment eu le sentiment de disposer de la ville pour nous seuls. Un matin cependant, en approchant de la ‘grande’ rue Socrate, il nous a semblé percevoir une certaine excitation, puis, en y prenant pied, nous nous sommes crus victimes d’une hallucination : tous les magasins étaient ouverts… et la rue était pleine de touristes ! Etait-ce des figurants d’un film qu’on venait tourner ? Avions-nous dormi pendant cinq mois ? Y avait-il une fête spéciale ? Non, c’était seulement un bateau de croisière qui faisait une escale de deux heures ; avant midi, la corne du cruiser MSC Magnifica faisait trembler les remparts, et Rhodes retombait dans son coma.
La célébrité de Rhodes dans l’Antiquité était son Colosse, une statue… colossale … de plus de 30 mètres de haut, faite d’une armature de bois revêtue de 20 tonnes de plaques de bronze. Un tremblement de terre la jeta à l’eau (certains disent qu’elle enjambait l’entrée du port là où sont aujourd’hui les ‘cerfs’ – Cf. album) en 225 BC, cinquante ans seulement après son achèvement ; elle avait tellement marqué les esprits qu’elle figurait parmi les Sept Merveilles du Monde. Erigée pour célébrer la victoire des Rhodiens sur Démétrios ‘Polyorcète’ (litt. ‘preneur de villes’), l’île en avait acquis la réputation d’être difficile à conquérir, tout en étant située au carrefour stratégique des mers Egée et Méditerranée sur la route de la Soie.
C’est ainsi que les Chevaliers de St Jean de Jérusalem, chassés de Terre Sainte après que les musulmans aient repris Jérusalem (1187) et St Jean d’Acre (1291) [il faut que je fasse attention à ce que je dis, je compte parmi mes lecteurs d’actifs membres de l’Ordre], achètent l’île à des Génois en 1309, pour y poursuivre leurs œuvres pieuses (accueil et soin des pèlerins en Terre Sainte) et militaires (chasser l’infidèle du tombeau du Christ). Les pèlerins se faisant rares puisque Jérusalem est retournée aux infidèles, les Chevaliers développent alors pendant deux siècles une ‘guerre de course’ contre l’infidèle qui est d’autant plus rémunératrice qu’ils récupèrent en outre les biens des Templiers après leur abolition en 1312. C’est ainsi qu’ils ont rapidement les moyens de transformer Rhodes en une place forte chrétienne équipée de toutes les techniques dernier cri pour résister aux tentatives des Turcs et Arabes pour transformer ces mers en lac musulman. Ils utilisent également leur trésor pour racheter les chrétiens captifs des infidèles.
C’est la quatrième tentative des Turcs qui sera la bonne. Nous sommes en 1522 ; la chrétienté est divisée par les querelles entre Pape, Charles Quint et François 1er ; ce dernier a même passé un traité avec le Sultan qui se nomme Suleiman le Magnifique. Il rassemble 200.000 hommes à Marmaris, qu’il charge sur 300 navires, alors que Rhodes compte 650 chevaliers et 7.000 hommes. Après avoir débarqué, il lui faudra quand même près de six mois pour contraindre le Grand Maître à un traité par lequel toutes les places que les Chevaliers possèdent dans la région (notamment Halicarnasse/Bodrum) sont évacuées ; en échange de quoi les Chevaliers peuvent repartir sains et saufs (il en reste… 160), avec leur trésor, leurs archives et leurs reliques chargés sur 30 navires. Ceux-ci se feront offrir l’île de Malte par Charles Quint en 1530. Chevaliers de St Jean, de Rhodes et de Malte sont donc les trois temps d’une même histoire.
Les Chevaliers de Rhodes nous ont laissé une ville théâtre, une ville spectacle incroyable derrière 4 kilomètres de remparts qui possèdent trois enceintes pratiquement partout. Ce ne sont que bastions, courtines, meurtrières, tours, portes et mâchicoulis restaurés avec goût. Ces fortifications enserrent une ville moyenâgeuse avec encore toutes ses fonctions : Palais des Grands Maîtres, Hôtels des Chevaliers (ils étaient regroupés par ‘nationalités’), Hôpital, fours collectifs, puits, églises, mosquées, magasins… en bref, tout ce qu’il faut pour soutenir un long siège avec 10.000 personnes à nourrir chaque jour ! L’île fut tellement stratégique pendant des siècles qu’elle ne revint à la Grèce qu’en 1947, après avoir appartenu aux Anglais, Allemands, Italiens, Ottomans…
Nous avons tous passé à Rhodes d’excellentes vacances, par une météo exceptionnelle. Une fois toute ma petite famille repartie à ses occupations en France, il me restait à revenir en Turquie récupérer la voiture laissée à Güllük, près de l’aéroport de Bodrum, et à y accueillir Bernard pour un retour en France prévu avant la fin du mois de janvier. J’espère que les images de l’album ci-joint vous donneront envie de découvrir cette ville magnifique.

11 – Rhodes

Leave a Reply

Your email address will not be published.