8 – Hiver encore en Géorgie !

8 - Hiver encore en Géorgie !

8 – Hiver encore en Géorgie !

 

La Géorgie a la forme géographique d’une selle : une large plaine s’étend de la mer Noire aux steppes qui redescendent vers la mer Caspienne en Azerbaïdjan. Cette plaine est bordée au Sud par le Caucase arménien des Monts Ararat (5.165m) et Aragats (4.090m), et au Nord par le Grand Caucase des Monts Elbrouz (5.642m : c’est le point culminant de l’Europe !) et Kazbek (5.033m). Ses capitales religieuse et politique, Mtskhéta et Tbilissi, sont situées sur le versant Est, aux débouchés ouest et est de la gorge empruntée par la rivière Koura (Mktvari en géorgien). La partie ouest du pays (Imérétie), au bord de la mer Noire, est l’ancienne Colchide des Grecs qui y avaient un comptoir (Poti) dès le Vème s. BC ; ses orpailleurs donnèrent naissance au mythe de Jason, des Argonautes et de la Toison d’Or. La partie est du pays, anciennement connue sous les noms d’Ibérie (rien à voir avec l’Espagne !) et d’Albanie (là non plus !), constitua très tôt le royaume indépendant de Kartlie, qui se convertit au christianisme dès le IVème s., et qui fit, sous la dynastie arméno-géorgienne des Bagratides (IX-XIème s.), l’unité du pays plus ou moins dans ses limites actuelles.
Lorsque la Russie d’Alexandre 1er décide de poursuivre son expansion vers le Caucase, elle mettra dix ans (1803-1812) à frayer la voie d’une « route militaire stratégique » nord-sud à travers les sommets du Grand Caucase… malgré l’opposition acharnée – qui dure encore aujourd’hui ! cf. les révoltes tchétchène et ingouche des populations qu’elle traverse ; la route franchit le Caucase par le ‘Col de la Croix’ (2.379m) en passant au pied du Mt Kazbek, et constitue toujours le principal axe routier reliant la Russie à ses voisins du Sud. Autant dire que lorsque nous sommes redescendus vers la Russie sur le versant Nord du très enneigé Col de la Croix (cf. photos des semi-remorques dans la pente…), nous nous sentions loin de la Géogie de Tbilissi… Eh bien pas du tout !
Alors que nous nous décidions, l’heure tournant trop vite, à ré-escalader le col vers le Sud, nous faisons une dernière halte auprès de la petite église de Sioni, perchée devant des parois emplâtrées de poudreuse ; un jeune homme, Erikli, nous aborde en anglais, puis en français… il venait de passer trois années en Belgique, et était en ‘discernement’ auprès de son ‘parrain’, pope géorgien. J’en profite pour essayer de savoir à quelle sorte ‘d’orthodoxie’ appartient l’Eglise géorgienne ; rapidement dépassé par mes questions, il appelle son parrain, et nous poursuivons la conversation au chaud dans la cure autour d’un jus de pêche. L’Eglise géorgienne est autocéphale ; elle est ‘grecque’ ; son ‘Katholikos’ est à Mtskhéta… mais quand j’essaie d’en savoir plus sur les ‘différences avec les catholiques’, très vite, le prêtre s’empourpre : il y a plein de différences ! Je tâte le terrain sur les subtilités du ‘filioque’ (notre St Esprit ‘procède du Père et du fils’, le leur que du Père) et de la ‘Theotokos’ (leur Vierge n’a ‘que porté’ Dieu, n’en est pas la ‘Mère’), mais il ricane sur notre église qui prétend être ‘catholique’ (‘universelle’) : ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes pas ‘orthodoxes’ (‘dans la doctrine vraie’) ! Et quand j’évoque successivement les églises monophysite, syriaque, nestorienne, copte, assyrienne, à chaque fois tombe la sentence : hérétique ! Les ‘catholiques’ faisaient à l’évidence partie du lot ! C’est alors que je me suis rappelé que, quand Jean Paul II est venu célébrer en Arménie le 1.700ème anniversaire de sa conversion au christianisme, il avait fait l’escale de Tbilissi sans avoir pu même être reçu par le Katholikos de Mtskhéta… Cette anecdote pour rappeler que, si le Katholikosat de Mtskhéta semble disposer d’immenses ressources, et que les églises géorgiennes sont pleines de démonstrations de piété qui nous ont paru proches de la superstition, il s’agit d’une église ‘nationale’, au sens où l’on ne peut guère être un bon Géorgien si l’on n’appartient pas à l’Eglise géorgienne ; d’où l’âpreté avec laquelle les Géorgiens renâclent à restituer aux ‘étrangers’ les églises qui leur appartenaient avant la prise de pouvoir des Soviétiques. Dans ses difficultés avec ses voisins, et notamment avec la Russie (orthodoxe !) avec laquelle elle a été en guerre violente il y a trois ans, l’Eglise est aujourd’hui un ciment national nécessaire à l’identité du peuple.
L’autre trait qui nous aura marqué en Géorgie, c’est un dynamisme proche de celui que nous avions constaté en Turquie, même si le pays est très loin d’avoir rattrapé ce voisin : la plupart des magasins sont ouverts jusqu’à 21h, et les petits commerces jusqu’à minuit passé, les distributeurs de billets délivrent au choix des US $ ou des Laris (GEL), il y a de nombreux bâtiments neufs proches du somptuaire, de nombreuses voitures neuves, une vie culturelle et sociale intense, tout le monde semble ‘faire des affaires’… (la principale ressource en devises serait le commerce de voitures d’occasion !), en bref, nous sommes bien loin de l’Iran ou de l’Arménie. Parmi les explications proposées, nous avons retenu pêle-mêle : Pt Saakachvili est assisté d’un gouvernement extrêmement jeune (nombre de ministres ont moins de 35 ans), qui a mis en évidence un lien entre le libéralisme et la disparition de la corruption ; les Géorgiens ont construit des dizaines de commissariats de police flambant neufs et fait quasiment disparaître l’insécurité, les impôts et taxes sont très faibles par rapport à chez nous… Dernière raison, sans doute la plus importante : à la différence des deux voisins précités, les Géorgiens semblent ne pas faire de fixation sur les problèmes religieux (pour l’Iran) ou politique (pour l’Arménie) ; ils donnent l’impression de vouloir aller de l’avant pour montrer quelque part aux Abkhazes et aux Ossètes qu’ils ont eu tort de préférer la Géorgie à la Russie ! Il reste cependant bien sûr une grande misère dans les campagnes ; il y a toujours des mendiants aux portes des églises, ou des vendeuses de cierges qui donnent l’impression de n’avoir guère d’autres ressources pour survivre ; cela contraste avec la grande prospérité des monastères.
La météo nous ayant offert quelques heures de soleil à Tbilissi mais aussi beaucoup de temps gris, et encore plus de neige, nous avons louché rapidement sur un anticyclone paraissant coincé sur l’Anatolie ; au lieu donc de filer nous baigner sous les palmiers de la mer Noire, nous sommes retournés en direction du mont Ararat en remontant la rivière Koura que nous aurons finalement pu longer de la frontière azerbaïdjanaise à frontière turque. Bon choix ! Le Djavakh était bien au bord de l’anticyclone ; et les inaccessibles Sapara et Vardzia valaient à elles seules le voyage en Géorgie ! Bien sûr, nous avons un peu écourté notre programme ; mais nous avons aussi lu qu’il n’y a rien à voir à Poti, que les maisons ne sont pas chauffées à Batum, et qu’à Kutaisi, les mafias continuent leurs trafics du fond de leurs prisons ! Nous reviendrons quand nous pourrons aller à Tskhinvali en Ossétie et Sokhoumi en Abkhazie !
Pour plus de détails, vous savez qu’il faut cliquer sur la légende de la petite photo en-tête de l’article ; elle vous donne accès à un ‘Album Picasa’ dont les photos sont abondamment légendées : Bonne lecture ! Et merci d’avance pour vos encouragements !

Leave a Reply

Your email address will not be published.